Conférence Jean Ziegler – le capitalisme expliqué à ma petite-fille

Le sociologue et altermondialiste Jean Ziegler est l’invité de Payot Libraire et de l’Association des étudiant-e-s en Science politique & Relations internationales (AESPRI) pour une conférence exceptionnelle autour de son nouvel essai  Le capitalisme expliqué à ma petite-fille (en espérant qu’elle en verra la fin).

Mercredi  2  mai  2018  à  19 h Uni Dufour,  Auditoire  U 600,  Genève. (entré libre)

Retrouvez l’événement sur Facebook.

Infatigable baroudeur, Jean Ziegler ne désespère donc pas de voir un jour tomber le système, au profit d’un monde meilleur.  Loin de voir cela comme une utopie, l’intellectuel genevois lui voit pour tremplin les problèmes qui minent le développement et la globalisation, qu’il décortique dans cet essai par ailleurs très accessible : une leçon magistrale qui sonne tout particulièrement au cœur de la cité des banques…

Le débat sera animé par Roland Rossier, journaliste de La Tribune de Genève, et Matthieu Debief, étudiant en sciences politiques.

La rencontre sera suivie d’une séance de dédicace.

Dossier de presse

Forum thématique: Au delà de l’afro pessimisme! Défis de l’Afrique Moderne.

L’AESPRI organise plusieurs conférences sur le thème des défis de l’Afrique subsaharienne.

Du 5 au 9 mars 2018 à L’Uni Mail, Boulevard du Pont d’Arve, 1205 Genève (voir sur la carte).

> Retrouve cet événement  sur notre page Facebook.

La perception des réalités africaines est bien souvent catastrophiste et revient régulièrement sur les « malédictions » qui frappent le continent et sur les déficits qui le pénalisent.
L’afro-pessimisme radical de certains est nourri de l’idée qu’il y a des blocages entretenus par les Africains eux-mêmes, qu’aucune aide au développement ne suffira à surmonter. Les sociétés africaines ne seraient pas faites pour la démocratie, ni pour le respect des droits de l’homme, ni pour bénéficier d’un État de droit…

À cet afro-pessimisme tente de s’opposer une vision plus positive des réalités africaines, sur la base de l’énergie, des capacités créatives, imaginatives et d’adaptation des sociétés africaines.
Ce forum va analyser différents défis du continent à travers plusieurs conférences et un débat final, en essayant de dépasser la conception Afro pessimiste radicale. Le but étant de trouver un juste milieu entre les visions pessimistes et optimistes pour refléter du mieux possible la réalité et parler de solutions concrète et réalistes.

Chaque conférence sera suivie d’un apéritif permettant au public de continuer la discussion de manière plus informelle.

PROGRAMME

Lundi 5 mars, 18h45
L’ «ETAT LÉONIN » en Afrique par Mutoy Mubiala, Fonctionnaire au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme
« L’Afrique et les Relations Internationale Contemporaines : Pratiques, Discours et Représentation »
par Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou Professeur d’Histoire Internationale et Responsable du Département d’Histoire Internationale au Graduate Institute

Mardi 6 mars, 14h30.
« Violence et religion en Afrique : rencontre avec Jean-Francois Bayart », professeur à l’Iheid, titulaire de la chaire « Religion et politique dans le monde contemporain  »

Mardi 6 mars,
« La puissance politique et socio-économique des leaders féminins africaines « intermédiaires et médiateurs » »
par Nadège Chell, docteur en anthropologie politique et présidente RESO-Femme

Mercredi 7 mars, 18h30.
« Droit Humains en Afrique : défis et mécanismes régionaux »
par Mutoy Mubiala, Fonctionnaire au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et Ghislain Patrick Lessène, directeur exécutif du Centre d’Etudes Juridiques Africaines.

Jeudi 8 mars, 18h30.
« Émergence de l’Afrique : repenser la théorie du ruissellement »
Par Yves Ekoué Amaïzo, directeur de Afrocentricity Think Tank

Vendredi 9 mars, 18:30
Table ronde sur l’émergence du continent : Quel avenir pour l’Afrique ?

Avec :
Iris Macculi, Économiste dans la division de Politique de Développement Social de la Commission Economique pour l’Afrique des Nations Unies
Didier Péclard, politologue, spécialiste de l’Afrique subsaharienne, responsable du Master en études africaines du Global Studies Institute.
Momadou Diagne, étudiant en master d’Etudes Africaines.
Ibrahima Guissé, docteur en sociologie de l’Université de Genève et diplômé de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal.